5èmes Journées de l’Agence de la biomédecine

« Accompagner l’innovation au service de tous les patients »

L’ouverture de cette 5ème édition sera réalisée par Alain Beretz, Directeur général de la recherche et de l'innovation Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et par le Pr Benoît Vallet, Directeur Général de la santé, Ministère des affaires sociales et de la santé

Jeudi 18 et vendredi 19 mai 2017

Université Paris Descartes à Paris
45 rue des Saints-Pères – 75006 Paris
Métro : Saint-Germain des Prés (Ligne 4)

L’innovation, dont l’étymologie renvoie au renouvellement, est davantage un mouvement qu’une discipline. Elle peut influencer considérablement les modèles sociaux, en accordant une place croissante au dialogue transversal : médecin, chercheur, soignant, patient et aidant se trouvent à la croisée des chemins d’un nouveau modèle de soins à définir, tout en relevant le défi de préserver et même accroître l’équité dans l’accès aux soins et la prise en charge.

L’innovation, avec sa part de risque liée à la nouveauté, est compatible avec l’intérêt du patient à condition de s’inscrire dans une réflexion de santé publique. Il s’agit de comprendre quelles populations de patients sont concernées, de mesurer les impacts techniques, humains, organisationnels et économiques de sa généralisation et d’interroger les étapes de gouvernance qui marquent le passage de l’innovation à l’application. Sur le plan organisationnel, le fonctionnement de l’institution médicale et de l’offre de soins en particulier peut se voir repensé par une démarche d’innovation.

L’innovation peut bouleverser en effet l’ordre établi dans la tradition médicale en conférant une place inédite au patient, et à l’expression de sa souffrance et de ses besoins. Le corps médical et scientifique, comme les institutions, accordent une part de plus en plus importante à cet apport humain, y compris sur le plan des connaissances, qui s’enrichissent de ces parcours singuliers.

L’édition 2017 des journées de l’Agence de la biomédecine questionne l’accompagnement de l’innovation au service de tous les patients : Comment garantir à chacun un accès équitable et éclairé aux derniers progrès de la médecine et de la science ? Quelles implications, éthiques, institutionnelles, organisationnelles, humaines, économiques et juridiques ? Quel impact dans le parcours médical de chaque patient ? Comment concilier singularité du patient et collectif de soins ? L’Agence de la biomédecine, en lien avec les professionnels de santé gère en effet des activités de soins issues d’innovations majeures. Le patient, au centre de ses préoccupations comme de celles des professionnels, est sa raison d’être. C’est pourquoi elle soutient l’innovation thérapeutique au bénéfice de tous les patients tout en gardant au cœur de ses préoccupations les valeurs qui la fonde : la transparence, l’équité, l’éthique.

Pour aborder ces questions, les journées des 18 et 19 mai accordent une large place à l’innovation, dans ses dimensions scientifiques et médicales, mais aussi en matière de santé publique et d’éthique : comment accompagner une médecine ou une technologie de pointe, accessible à tous, au mieux des intérêts de chacun ?

La séance plénière inaugurale, autour de Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, ouvrira la discussion sur les paradoxes de l’innovation et sur le rôle spécifique de la confiance dans son acceptabilité. Elle abordera également les grands enseignements de l’observation clinique dans le temps (clinique de la chronicité), ainsi que les enjeux éthiques et le contexte socio-économique de l’innovation.

La séance plénière de clôture, sous l’égide de Madeleine Akrich, sociologue de l’innovation, tentera de décrypter la place, le rôle et les interactions de chacun dans le parcours de soins, dans la perspective globale du développement des innovations.

Chacune de ces séances plénières sera suivie d’une table ronde qui croisera les regards de l’ensemble des parties prenantes : professionnels de santé, acteurs institutionnels, spécialistes des sciences humaines et associations de patients et de promotion du don. L’Agence de la biomédecine entend encourager les échanges entre toutes les parties prenantes et favoriser, en particulier, la prise en compte de la place, de la parole et des parcours dont les associations se font l’écho.

Plus de 700 professionnels de santé sont attendus.



En savoir plus sur l’Agence de la biomédecine

Les meilleurs moments des Journées de l’Agence de la biomédecine (2015)